Ontario, Québec

Le Groupe Swing en spectacle à Montréal

LGS

Mona Rochon

Le 14 décembre prochain, le Groupe Swing, mieux connu sous l’acronyme LGS, sera en spectacle à Montréal. Comme le groupe l’a annoncé au début novembre, il entame sa tournée d’adieu. Le Groupe Swing, c’est Michel Bénac, d’Ottawa et Jean-Philippe Goulet, un Rimouskois habitant maintenant Montréal.

En entrevue, Michel Bénac explique qu’au début de l’histoire du groupe, les producteurs de disques ne donnaient que deux ans au Groupe Swing. « Après 20 ans, on n’avait pas envie d’arrêter de faire des albums et juste disparaître. On s’est dit pourquoi pas célébrer le succès qu’on a eu pendant toutes ces années avec nos fans, pendant un an, » explique le chanteur du groupe mythique.

En novembre 2018, le groupe a aussi annoncé que tous les profits générés par la tournée d’adieu seront remis à l’AFO, qui voit à la défense des droits des Franco-Ontariens.   « Moi, je suis franco-ontarien, mais comme plusieurs jeunes dans les années 90, la francophonie, c’était à la maison avec mes parents, pis c’était tout. Ma culture franco-ontarienne, je ne la connaissais pas vraiment, » confie Michel Bénac. La francophonie à Ottawa a changé de visage depuis, croit-il. On la retrouve un peu partout dans la ville, et les francophones sont fiers de s’afficher en tant que Franco-Ontariens, et d’écouter de la musique francophone. « C’est important de se battre quand on y croit à la francophonie, » ajoute-t-il.

Un son typiquement franco-ontarien

Au début de sa carrière musicale, Michel Bénac ne chantait qu’en anglais, et faisait de la pop américaine, la musique qu’il connaissait bien. Sauf que les portes du succès ne lui étaient pas accessibles. On lui disait que la musique qu’il faisait ne lui ressemblait pas.

« Je me suis plongé dans la culture franco-ontarienne, j’ai appris à la connaître. J’ai écouté les vieux rigodons, les vieilles chansons traditionnelles, pis je me suis dit que c’était ça que je voulais faire : de la musique traditionnelle mélangée à la pop américaine, parce que c’est ce que j’étais : un Franco-Ontarien qui aimait les beats de la musique pop. » On a donné plusieurs noms à son style musical, au fil des ans : technotrad, folktronica… Aujourd’hui, on parle plutôt de néotrad, un genre musical dans lequel les Franco-Ontariens se retrouvent aisément.

Début de tournée

La tournée d’adieu, baptisée « Le Grand Salut », ne fait que commencer. Elle se poursuivra un peu partout au Canada au cours de la prochaine année, pour se terminer en décembre 2019. De plus, un nouvel album paraîtra en octobre 2019, ce qui permettra à la musique de vivre encore un certain temps après la dissolution du groupe.

Quels projets attendent les membres du duo ? « Jean-Philippe veut travailler sur un projet qui est présentement sur la glace parce que LGS prenait toute la place. Pour ma part, j’pense pas remonter sur scène à court terme, » admet Bénac. Depuis quelques années, il possède une boîte de production de disque, Lafab musique, et aimerait s’y consacrer à temps plein, afin de promouvoir d’autres chanteurs et artistes franco-ontariens.

Ceux qui connaissent LGS, qui les ont déjà vus en spectacle, le savent : un spectacle de LGS est un gros party. C’est donc une année de plaisir fou qui s’annonce avant la fin de la tournée. Sachez qu’il reste encore des billets pour assister au spectacle du 14 décembre, qui aura lieu à la salle Le Ministère à Montréal. Vous pouvez vous procurer vos billets ici.

Au fil des ans, LGS a été nommé aux Prix Juno et à l’ADISQ, et a remporté 13 prix Trille Or.