Ontario

La rencontre du maitre : une lecture méditative

la-rencontre-du-maitre

Dans La rencontre du maitre, Roger Bouchard a choisi de mêler la réalité et la fiction. Il y est question de méditation profonde et de questionnements sur le sens de la vie. La lecture, en elle-même, est une méditation !

« J’aurais adoré que quelqu’un me prête un livre comme celui-là quand j’étais jeune », explique-t-il avant de poursuivre : « Adolescent, je me posais beaucoup de questions sur la vie, sur l’amour. »  Ce sont ces questions qui l’ont amené à la pratique de la méditation, à l’âge de 22 ans, puis à rencontrer Maharishi Mahesh Yogi, le fondateur du mouvement de méditation transcendantale.

Dans son roman, Monsieur Bouchard a choisi de se mettre en scène, et d’en être le personnage principal. C’est un choix conscient et réfléchi : « J’avais envie de partager ce que j’ai vécu, en y ajoutant d’autres facteurs. » Ainsi, plusieurs éléments du livre sont bien réels ou ont bien existé. « Monsieur Matthews a existé pour vrai. Mais il n’était qu’un apiculteur. Un sage, aussi, mais pas aussi grand que dans le livre. » Le grand sage du livre, qui emprunte les traits de Monsieur Matthews, c’est plutôt Maharishi Mahesh Yogi. « J’ai rendu Monsieur Matthews plus grand en le combinant à Maharishi », ajoute Monsieur Bouchard, un peu amusé.

Un livre qui se lit à la vitesse de la respiration

Le rythme de l’histoire est lent, comme la vie en Virginie au bord de la mer, comme la respiration lors d’une grande détente. Les paysages, le jardin, tout pousse vers la méditation dans ce roman qui se veut à la fois autobiographique et fictif. Sans être un manuel technique de méditation, Roger Bouchard — à la fois l’auteur et le narrateur — explique avec moult détails les effets de la méditation sur la conscience et sur le corps.

De quoi piquer la curiosité et se réconforter, alors que plusieurs d’entre nous sont toujours confinés à la maison ! La rencontre du maitre est publié aux Éditions L’Interligne, et disponible en format papier et électronique.