Ontario

Impro-bénéfice du MIFO

impro-mifo2

Le MIFO fête cette année ses 40 ans. Pour marquer la fin de cette année de célébrations, les dirigeants de l’organisme ont organisé un match d’impro-bénéfice, qui avait lieu hier soir, le 22 mai.

La salle l’Excentricité de la Cité collégiale d’Ottawa était pleine à craquer. Plus de 400 personnes ont assisté au match des Rouges, dirigés par Katherine Levac, et des Bleus de Patrick Groulx. Les deux humoristes ont participé, plus jeunes, à la ligue d’improvisation du MIFO. Ils y ont fait leurs débuts, en quelque sorte.

Victoire en fusillade

Deux matchs ont été présentés au cours de la soirée. Chaque capitaine a donc présenté deux équipes différentes, et le pointage des deux parties était cumulé pour déterminer l’équipe gagnante.

La soirée a été ponctuée d’improvisations en tout genre. Nous avons ainsi eu droit à des impros-vinyles, où l’arbitre a choisi le titre de l’improvisation sur une pochette d’album vinyle, de même qu’à une impro chantée, une impro comédie musicale, une autre sans paroles. Moment fort de la soirée, une impro devait se faire dans le style de la « Résistance franco-ontarienne ». Celle-ci, qui n’allait un peu nulle part pendant un certain temps, s’est pourtant terminée sur la chanson de Mélissa Ouimet « Personne ne pourra m’arrêter ». Point aux Bleus grâce à cet éclair de génie de Vincent Poirier.

Les Bleus l’ont emporté dans une victoire en fusillade, 9-8. Les deux matchs ont donc été très serrés, au grand plaisir de la foule.

Fiers de contribuer au MIFO

Quelques semaines avant le match, Patrick Groulx se disait très nerveux de refaire de l’impro : « Ça fait 20 ans que j’en ai pas fait ! J’ai peur un peu de pas avoir un bon timing », expliquait-il à Boréal. Force est d’admettre qu’il n’a pas perdu une seule plume !

Quant à Katherine Levac, elle n’avait pas fait d’impro depuis 10 ans. Elle aussi semblait aussi à l’aise sur  l’improvisoire (la patinoire d’improvisation) qu’un poisson dans l’eau.

Les deux artistes étaient bien heureux qu’on leur ait demandé de participer à cet événement. « C’est vraiment un gros party d’amis, et c’est vraiment le fun de voir que les gens ont acheté des billets ! C’est une belle marque de solidarité, » a mentionné Madame Levac. Quant à Monsieur Groulx, il a évoqué sa jeunesse au MIFO. “Sans le MIFO, je ne ferais pas le métier que je fais aujourd’hui, a-t-il expliqué. C’est important de redonner, pour que d’autres aient aussi le bonheur de se découvrir une passion.”